La douleur de ceux qui restent

CFA3,500.00

« La douleur de ceux qui restent » trouve son originalité et son importance premièrement dans le dialogue entre mère et fils qu’on a si peu l’occasion de lire. Les confessions d’une mère qui narre ses efforts pour maintenir son foyer malgré indifférence et humiliations semblent être le parcours classique de la femme africaine dont la valeur est souvent mesurée par la souffrance qu’elle endure.

- +
Catégorie :

Description

« La douleur de ceux qui restent » trouve son originalité et son importance premièrement dans le dialogue entre mère et fils qu’on a si peu l’occasion de lire. Les confessions d’une mère qui narre ses efforts pour maintenir son foyer malgré indifférence et humiliations semblent être le parcours classique de la femme africaine dont la valeur est souvent mesurée par la souffrance qu’elle endure.

Toutefois, l’auteur surprend en démystifiant cette croyance à travers la description du caractère de la mère et les multiples choix courageux qu’elle fait. C’est un bonus d’avoir les deux versions des faits d’un couple sur leur interprétation des événements ayant marqué leur vie commune.

Le deuxième sujet important est la question de la polygamie. Quoiqu’en aucun cas pratiqué officiellement (par le biais d’un second mariage), l’auteur s’attarde de façon précise sur différents cas d’adultère justifiés pour combler un vide physique ou émotionnel. Cette pratique est d’une certaine manière acceptée par la société et considérée comme une évolution presque normale d’une première relation. Cela amène à se poser la question suivante : est-il sous-entendu que les hommes africains sont de nature polygame ?

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La douleur de ceux qui restent”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *