Bon, alors : Ganvié, c’est la célèbre cité lacustre du sud Bénin, à quelques kilomètres de la Capitale Cotonou. Il s’agit de tout un village, entièrement bâti sur l’eau.
Puisqu’il faut embarquer, ou se mettre dans une barque, il y a un Embarcadère. Et vous avez le choix entre deux types d’embarcations : motorisées ou non.

L’embarcadère

 
Bien sûr, vous, vous y allez en touristes : yeux écarquillés derrière des lunettes noires, smartphones captant le moindre instant, vous allez doucement, et autres. Mais il y a ceux pour qui, ce trajet en pirogue n’est que routine. Ils font ce trajet plusieurs fois par jours. Et ils ont l’habitude des embarcations pleine de curieux comme la votre. Les habitants de Ganvié, ils vous dépassent comme si vous n’existiez pas.
Une barque d’habitants de Ganvié

 
La vitesse de votre barque (non motorisée) dépend essentiellement de celui qui se tient derrière; votre sécurité d’ailleurs. Comme vous ne savez pas faire ce qu’il fait, et comme vous ne le connaissiez même pas, il vaut se consoler en se disant que seul Dieu cherche l’homme et le conduit.
Le Piroguier

 
 
Lorsque vous vous éloignez de la terre ferme, et que, techniquement, vous ne pouvez plus faire marche arrière (comme si la pirogue avait un rétroviseur), le paysage ressemble vaguement à ceci. Des claies immergées, qui sont des pièges pour des poissons. Enfin, c’est ce que le Guide nous a dit.
Paysage lacustre

 
 
Vous venez de passer un peu plus d’une vingtaine de minutes avec des types que vous ne connaissez pas, sur une étendue d’eau dont vous ignorez tout. Sympa non? Vous n’y croyez plus, puis, la première maison se dresse fièrement, à votre gauche. C’est donc vrai. Il y a des mecs qui vivent sur l’eau. Appartement sympa, deux chambres, un salon, une chambre d’amis… Sur des piliers enfoncés dans l’eau. Okay.
Les premières maisons de Ganvié

 
Puis vous commencez par identifier les éléments caractéristiques d’une communauté : un atelier de couture ici, un meunier là, un box de transfert là-bas. Et comme nous sommes au Bénin, un étal de vente d’essence frelatée Kpayôr.
Les premières maisons de Ganvié

 
Quand on a passé autant de temps sur une eau qu’on ne peut pas boire, avec un soleil qui déshydrate, on fait comme moi. On pose une question simple au guide :

  • Y a pas un endroit ici où on vend la bière?
  • C’est lahou won va (C’est là où on vend, en français avec l’accent béninois)

 
Puis vous sortez de la barque pour la première fois depuis que vous y êtes montés. Endroit léger : un espace avec des chaises et des tables, et une petite salle d’expositions des objets d’arts. Selon le maître des lieux, ce sont des objets fabriqués par des handicapés du milieu.

L’hôtel de Ganvié

 
Inutile de vous dire que le seul objet d’art ayant retenu mon attention, fut ce liquide ambré, délicieusement brassé quelque part au Nigéria, et conditionné dans un frigo alimenté par de l’énergie solaire. La fraîcheur de ça…
Une bière à Ganvié

 
Voyez vous-même la beauté des images ici, après une bonne bouteille…
Notre barque

Notre barque

La barque

 
Comme je le disais plus haut, vous êtes émerveillé par certaines choses, les habitants en rigolent. Cette gamine par exemple arrivait au bar justement pour apporter une bouteille de sucrerie à sa maman.
 
Habitante de Ganvié

 
Ceux-ci par exemple s’en vont acheter de l’huile au marché, pour la cuisine du midi.
Habitants de Ganvié

 
Pour l’eau potable, rassurez-vous, il y a un forage qui en approvisionne tout le village. A peine avais-je posé la question, qu’une barque pleine d’outres d’eau passait à côté…
 
Eau potable à Ganvié

 
Bon alors, le marché de Ganvié, il flotte. Genre, tu as des choses à vendre, mets-les dans ta barque, et va te positionner sur le pan de l’eau réservé à cet effet. Et si quelqu’un veut acheter un truc, eh bah, il arrive avec sa pirogue au calme, vous faites les transactions, et il se casse.
Un étal au marché flottant

 
Un étal de marché flottant

 
Les habitants de Ganvié en ont marre de tous ces curieux qui sillonnent leur village, armés de caméra. Cette fillette me l’a fait comprendre de fort belle manière, lorsque j’ai braqué mon Canon sur elle.
La fillette de la barque

 
Le guide nous a expliqué que le gouvernement a fait installer de l’éclairage publique alimenté en énergie solaire.
Poteau électrique

 
J’ai compté près de quatre églises à Ganvié, mais l’édifice religieux ayant retenu mon attention, est cette mosquée, construite sur ce qu’on peut appeler par abus de langage “terre ferme”. Mais l’endroit est complètement immergé, en période de crue. Un “cadeau” du Koweït !
La Mosquée de Ganvié

 
Vous aurai-je appris quelque chose en vous disant que l’activité principale de la localité, c’est la pêche?
Pêche à l’épervier.

A Ganvié, il faut vivre en toute frugalité, même quand on est riche. Sinon, les maisons suréquipées s’écroulent tout simplement, comme la maison de la francophonie, dédiée à Bernadette Chirac.
La Maison de la Francophonie.

 
Un jour, mon père a dit, dans la vie, il faut bien choisir de quel côté du fusil on veut se trouver : la crosse ou le Canon. Depuis, je suis resté du côté de la crosse du Canon pour faire les shoots. Mais bon, là, il fallait faire une pose avec les amis de la barque. Enfin, des amis de la vraie vie. Des amis de tous les jours. Donc, voilà ma tronche à moi, quand on me demande de sourire… Crédit Photo : le Guide.
L’équipe

 
EN SOMME…. la vie a Ganvié est tranquille. Très tranquille comme cet enfant qui s’en va acheter du piment au marché flottant.
 
Sérénité de Ganvié.

 
WHAT ELSE?
 

 
 
 

Littéralement, ça s’appelle mettre les voiles… A chacun son navire. 😂😂😂 #Team228 #Gnadoè #visiterlafrique

Une publication partagée par Aphtal CISSE (@aph_tahl) le